• Inde : émeutes dans une usine Maruti Suzuki

    Maruti-AP.jpg

     

    Le constructeur automobile indien Maruti Suzuki a décidé hier,21juillet de fermer pour une durée indéterminée son usine près de New Delhi où une révolte d'ouvriers a causé la mort du directeur du personnel et blessé près de 100 cadres mercredi. Le lock-out de l'usine de Manesar, à 50 km de la capitale, sera maintenu en place tant que la sécurité de ses employés ne pourra être garantie, a indiqué la compagnie samedi. Maruti Suzuki est le premier fabricant automobile en Inde et est détenu majoritairement (54%) par le japonais Suzuki. L'usine de Manesar produit 550.000 véhicules par an, soit le tiers de la production annuelle du premier constructeur indien.

    "Il y a maintenant un lock-out. Pour moi, le plus important est la sécurité de mes collègues et non de produire des voitures pour faire de l'argent", a affirmé le PDG de Maruti Suzuki en Inde, R.C. Bhargava, lors d'une conférence de presse dans la capitale indienne.La police a indiqué vendredi avoir arrêté 90 personnes pour leur participation supposée à ces violences, qui ont démarré mercredi matin lorsqu'un salarié a violemment frappé un contremaître, selon la direction. Mais, selon le syndicat, c'est le contremaître qui a "maltraité" un ouvrier qui se plaignait et qui a été remercié. 

    Selon des témoins, les ouvriers ont frappé des cadres de l'usine avec des barres de fer, détruit en partie l'outil de travail et mis le feu à des bureaux lors de cette émeute, la plus violente que l'Inde ait connue dans l'industrie de mémoire récente. Bhargava a reconnu que ces violences avaient été un choc pour l'entreprise, même si l'usine de Manesar est habituée aux conflits du travail.
    Le corps du directeur du personnel de l'usine, Awanish Kumar Dev, a été retrouvé brûlé vif dans la salle de conférence de l'usine. La police a indiqué qu'il n'avait pu échapper aux flammes parce que ses assaillants lui avaient brisé les jambes.
    L'usine, qui emploie 3.000 personnes environ, est fermée depuis mercredi.
    Le PDG a indiqué que la production ne redémarrera pas avant que l'enquête sur ces émeutes soit terminée et des mesures prises pour garantir la paix sociale dans l'usine. Une fermeture prolongée de l'usine de Manesar serait un nouveau coup dur pour Maruti, dont les bénéfices ont fondu de 29% en 2011 après plusieurs conflits sur les salaires et le droit à la représentation syndicale qui ont affecté la production, pour un coût évalué à 500 millions de dollars.

    Dis, pourquoi tu tousses, ça sent le Sapin !!!!

    On a un ministre du "redressement progressif" qui veille sur nous, on le leur prête ?


    Source : le Figaro économie


    « Les semences prennent le maquisLa sculpture hyper-réaliste : Carole Feuerman »

  • Commentaires

    1
    FAN
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 18:17
    FAN

     Nous sommes devenus "Mous"!!!!!!!!!Il s'agirait de se réveiller!!!! BISOUS FAN

    2
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 20:26
    Adam

     

    Je voulais mettre en titre : "ça donne des idées", mais trop mou, je me suis censuré 

    Bises FAN,

    @dam

    3
    Lundi 23 Juillet 2012 à 08:43
    durdan

    Peugeot a un Château à brûler à 2 km de Château Yquem (celui de LVMH)

    http://www.danielduranton51.com/article-peugeot-sauternes-chateau-guiraud-108387912.html

    4
    Lundi 23 Juillet 2012 à 09:26
    Pascale

    Ce n'est (hélas !) pas la première fois qu'un cadre se fait ... encadré (pardon !) par ses ouvriers en Inde. L'année dernière, ils avaient failli en immoler un avec de l'essence. Juste avant, ils l'avaient bien tabassé à coups de barre de fer et l'avaient projeté contre les murs au point de lui faire traverser celui du bureau. Cette violence est inadmissible.

     

    5
    Lundi 23 Juillet 2012 à 10:40
    Adam

     

    Bonjour Daniel et bienvenue

    Excellent ton article ! Tu es sur place tu nous tiens au courant, c'ect un sujet brulant de l'actualité on compte sur toi

     


    Olivier Bernard, Robert Peugeot, Stéphan Von Neipperg et Xavier Planty, copropriétaires du château Guiraud. Photo thierry David

    Amitiés

    @dam

    6
    Lundi 23 Juillet 2012 à 11:15
    Adam

     

    Bonjour Pascale,

    tout à fait, rien ne justifie d'oter ou d'attenter à la vie d'autrui, ils doivent être à bout et cet exemple, devrait faire réfléchir plus d'un que certaines situations peuvent mener à des extrêmes quand il n'y a plus de considération les uns envers les autres

    Bises et bonne journée Pascale, ton blog est hyper sympa avec son nouveau look !

    @dam

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :