• Pejac

      

    Péjac

     

    Pejac artiste espagnol fait partie des rêveurs, de ceux qui ne peuvent s'empêcher de voir le monde autrement. À l'extérieur, il utilise bombes et pochoirs pour orner les villes du fruit de son imagination. À l'intérieur, il utilise des toiles ou encore les fenêtres de chez lui pour modifier la réalité.

    "Avec quelques feuilles de papier, un cuter, de la colle, un peu d'imagination et de non-conformité, nous pouvons changer radicalement la perception de la réalité qui nous entoure. Transformer la vie de tous les jours en un rêve subversif."

    Pejac

     

    Péjac

    Péjac

    Péjac

    Péjac

     

    "J'avais prévu (dit il )de faire quelque chose de complètement différent sur ce mur, mais quand j'ai découvert que la rue portait le nom du grand Édouard Manet, cette vieille idée m'est revenue à l'esprit."

     

    Péjac

    Péjac

     

    "Avec ce travail, je représente l'action d'un jeune garçon, le résultat de la colère et de la sensibilité esthétique à la fois, explique Pejac. C'est comme s'il commettait un acte de vandalisme illustré."

    Pour voir cet acte de "vandalisme", rendez-vous rue Édouard Manet dans le 13eme arrondissement de Paris.

     

    Péjac

     

    Pour le trompe l'œil suivant, Pejac a improvisé. En repérant une faille dans un mur, l'Espagnol y a vu l'opportunité parfaite de créer un "espace surréaliste". "J'ai toujours adoré tordre la réalité", admet-il.

     

    Péjac

    Péjac

    Péjac

     

    Péjac

    Péjac

     

    Sur un mur de Vitry sur Seine, Pejac a voulu pointer du doigt "les différents aspects de la cruauté inhérante aux êtres humains, même dans leur plus jeune âge", explique-t-il.  "Je pense que souvent (plus ou moins consciemment ) nous sommes ceux qui tiennent la loupe, comme la petite fille, et d'autres fois nous sommes ceux sous le brûlant rayon de lumière", explique l'artiste qui s'est également inspiré des "Voyages de Guilliver" ici.

     

    Péjac

    Péjac

    Péjac

     

    Toutes ses créations sur son site web

    Source interview  HuffPost

    « InterludeLe Kawah Ijen et sa lave bleue »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 11:52

    Superbe ! Un artiste à suivre à la trace enfin à la loupe !

    2
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 14:20
    fanfanchatblanc
    Encore un qui est bourré de talent. J'adore ce qu'il fait.
    merci à toi
    bisous
    3
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 17:22

    extra bien sûr...en lisant le titre,j'ai cru que t'allais présenter un village du sud-ouestglasses

    pour la loupe ,l'idée est bonne mais y a une erreur dans la focalisation de la lumière me semble-t-il

    4
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 17:31

    erreur : y a pas d'erreur

    c'est le faisceau lumineux qui m'a dérangé : j'ai souvent joué étant gamin à cramer du papier ou graver du bois ,on ne voit que le point de convergence lumineux sur la cible et il doit être le plus petit possible pour que la chaleur soit la plus élevée.On n'avait point la télé

    5
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 17:47

     

    @T.Mor

    @la loupe !!!! Je vois que le garnement est sorti du phare he

    @micalement, belle soirée et bon weekend,

    @dam

    6
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 17:56

    @Fanfanchatblanc

    clic pour agrandir l'image

    Bonsoir Fanfan,

    beaucoup d'humour et un côté sale gosse que j'aime bien ! Merci à toi fidèle Fanfan he

    Je t'embrasse, et @tout à l'heure dans ta tanière yes

    @dam

    7
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 18:08

    @Durdur

    Je me fais un plaisir de te présenter un p'tit village du sud ouest ou je passe un tiers temps....mais je te laisse cliquer sur l'image pour le découvrir si ce n'est déjà fait he

    Pour la loupe, je trouve qu'elle dégomme pas mal la gamine !! Parigot en vacances chez mes grands parents pas loin de ce petit village, on faisait fumer des crapauds.......j'ai honte, mais que j'ai honte ! mad

    @micalement, bon weekend Durdan,

    @dam

     

    8
    Samedi 13 Décembre 2014 à 11:20

    Re Adam,

    Des tas de références (pour moi, en tout cas) mais en même temps une patte très personnelle, et le tout empreint d'une infinie poésie. Je sors de ses albums totalement sous le charme.

    ...Je me suis ensuite laissé aller à cliquer sur Meymac et j'ai relu l'article dont j'avais gardé un souvenir intact. Quel talent ce Papy !

    Du coup, faut que je te quitte pour aller me mettre en cuisine.

    Amitiés et bises

    9
    Samedi 13 Décembre 2014 à 22:20

    hello Géhèm,
    bien d'accord avec toi pour Pejac,  et je l'ai tellement "utilisé dans les com' que je lui devait bien ça !! J'aime beaucoup les fourmis et Manet.

    Serre
    C'est vrai que le Papy, je  le relis avec toujours de l’enthousiasme, de l'émotion...et le même plaisir!
    Il est trop tard pour te souhaiter bon appétit...mais bonne nuit Géhèm,
    @mitiés et bises @++^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :